Cybercriminalité en plein essor

Le chiffrement de bout en bout (E2E). Cette méthode consiste à envelopper les données d'un voile cryptographique dès leur création, ne les dévoilant qu'aux destinataires légitimes. Ainsi, nul intervenant extérieur, pas même les fournisseurs de services, ne peut pénétrer l'intimité de ces données protégées.

L’impératif de la confidentialité des données dans l’ère du Dark Web

Dans un monde numérique en perpétuelle évolution, se dresse l’ombre grandissante du Dark Web’, un marché clandestin virtuel où s’échangent en toute discrétion des informations sensibles, des produits illégaux et des services criminels. Cette menace croissante expose les entreprises et les collectivités à des coûts exorbitants liés au cybercrime, mettant en péril leur stabilité et leur sécurité numérique.

Face à cet éveil inquiétant du Dark Web, les chiffres alarmants du cybercrime révèlent un tableau dévastateur : des coûts en constante augmentation, atteignant des sommes vertigineuses de plusieurs billions de dollars, selon Cybersecurity Ventures, englobant les dommages causés aux entreprises, les vols de propriété intellectuelle, les détournements de données personnelles et financières, ainsi que la fraude et la malversation. 

Pour contrer cette menace, la mise en confidentialité des données se présente comme un impératif. Elle se démarque comme une solution prometteuse, assurant que les informations sensibles sont protégées tout au long de leur existence, accessibles uniquement aux utilisateurs autorisés et inaccessibles aux regards indiscrets.

Illustration d’une telle approche :

Le chiffrement de bout en bout (E2E). Cette méthode consiste à envelopper les données d’un voile cryptographique dès leur création, ne les dévoilant qu’aux destinataires légitimes. Ainsi, nul intervenant extérieur, pas même les fournisseurs de services, ne peut pénétrer l’intimité de ces données protégées.

Dans ce contexte, le cybercrime s’affirme comme une économie à part entière, comparable aux plus puissantes du monde. Les entreprises et les collectivités, fragiles et vulnérables, subissent les contrecoups dévastateurs des cyberattaques, laissant des conséquences durables, avec près d’une PME sur deux succombant dans les 18 mois suivant une cyberattaque.

Pour les entités de taille modérée, qui ne font que rarement de la cybersécurité une priorité, des défis émergent, tels que le manque de visibilité sur les actions à entreprendre, le manque de compétences et de financement disponibles, ainsi que la profusion de solutions techniques diverses. Cependant, la littérature regorge de recommandations éclairées pour les aider à protéger leurs structures.

Ainsi, une approche incrémentale se dessine, guidée par la nécessité de coordonner les actions des pouvoirs publics pour contrer cette montée du cybercrime et protéger efficacement le territoire. Dans cette démarche progressive, le rapport de juin 2023 de l’Institut Montaigne, intitulé Cybersécurité, passons à l’échelle, une première étape consistera à sensibiliser et à accompagner les entreprises et les collectivités dans leur propre protection. Puis, la contrainte réglementaire agira comme un levier incitant ces acteurs à assumer un niveau minimal de cybersécurité. Enfin, pour les plus récalcitrants, une approche plus coercitive sera envisagée, afin d’assurer un niveau de cybersécurité adéquat à l’échelle nationale.

En conclusion, la montée fulgurante du Dark Web et les conséquences financières désastreuses du cybercrime imposent l’impérieuse nécessité de protéger les informations sensibles. La mise en confidentialité des données, notamment grâce au chiffrement de bout en bout, se dresse comme une solution vitale pour contrer ces menaces émergentes et préserver la sécurité de notre économie numérique. En adoptant une approche progressive et coordonnée, en sensibilisant et en incitant à la mise en œuvre de mesures de sécurité, nous pouvons bâtir un environnement numérique plus sûr et résilient pour tous.

LinkedIn

Don’t Stop Here

More To Explore

Lagertha sur BFM tech&co

La France a de belles entreprises Cyber. Interrogés au micro de Frédéric Simottel, les co-fondateurs de Lagertha et Leviia ont échangés leurs analyse économique des

Read More »
Retour en haut